25/08/2014 Xbox Support loading La plate-forme de DDoS qui a fait tomber le Xbox Live et le PSN accessible à tous un service DDoS payant basé sur un gigantesque botnet. Gonflés, les « hackers » reptiliens précisent que Avec la Recherche de groupe sur Xbox Live, vous pouvez rechercher des joueurs ayant des objectifs de jeu, des façons de jouer et des préférences communs sur les jeux Xbox One et PC sous Windows 10. Bienvenue au Club. Créez vos propres communautés de jeu grâce aux Clubs sur Xbox Live. Avec des groupes dédiés rassemblés par centres d'intérêt, façons de jouer ou objectifs communs, il Julius « zeekill » Kivimak (17 ans), le hacker couillon de Lizard Squad qui s’est réclamé du DDoS du Playstation Network et Xbox Live en fin d’année dernière n’ira pas en prison. Les attaques avaient cessé grâce à Kim Dotcom qui avait offert plus de 300 000 $ d’abonnement à Mega pour pouvoir à nouveau jouer avec sa Xbox. Les attaques par déni de service ont vu le jour dans les années 1980. Les DDoS (ou attaques DoS Distribuées) seraient plus récentes : la première attaque DDoS officielle a eu lieu en août 1999 [2] : un outil appelé « Trinoo DDO » (décrit ci-dessous) a été déployé dans au moins 227 systèmes, dont 114 étaient sur Internet, pour inonder les serveurs de l'université du Minnesota

Nous vous en parlions ce week-end, les deux services en ligne des deux géants du jeux vidéo Microsoft et Sony, le Playstation Network et le Xbox Live, ont fait l’objet d’une attaque DDoS

Une attaque DDoS d'une ampleur inhabituelle a bloqué plusieurs sites des services publics néérlandais. Suite à une attaque DDoS, le site du gouvernement néerlandais n'était plus accessible pendant 10 heures. L'attaque, qui a utilisé différents vecteurs, a également mis d'autres sites hors ligne. [#OpISIS] Les attaques d’Anonymous Les attaques DDoS n’ont cessé d’évoluer au cours des 20 dernières années, devenant successivement une curiosité, une gêne, puis un risque majeur pour la continuité d’activité. Des

Accrocher et amplifier Les attaques DDoS se produisent généralement à l’aide d’un botnet. L’attaquant utilise un réseau d’ordinateurs infectés par des logiciels malveillants pour envoyer de grandes quantités de trafic vers une cible, comme un serveur. Le but est de surcharger la cible et de ralentir ou de l’écraser.

24/12/2015